La bande dessinée, la critique, le documentaire : des nouvelles de Triptyque Films.


Les Causeries
, ce sont ces moments de rencontre avec les auteurs, qui amènent parfois à des moments marquants.
(suite…)

En attendant 2011…

Depuis cette deuxième édition de Pierre Feuille Ciseaux, nous avons tous été très occupés et aucun compte rendu n’est encore tombé dans les colonnes du blog, chose qui sera faite dans le courant du premier trimestre 2011. En attendant, voici la vidéo de la première édition de Pierre Feuille Ciseaux (comme quoi tout arrive un jour …), histoire de patienter jusqu’à 2011. Bonnes fêtes à toutes et à tous !

Retour sur la première édition de Pierre Feuille Ciseaux, via divers moments de la préparation (du côté des membres de l’association ChiFouMi), de la semaine de résidence (du côté des auteurs invités), et du weekend d’ouverture au public.

La première édition de Pierre Feuille Ciseaux a été suivie avec passion, enthousiasme, patience et professionalisme par l’équipe de Kaméléon Prod, société de production audiovisuelle basée à Besançon, et l’association ChiFouMi tient à remercier vivement Antoine Bonzon et Michaël Vallauri, ainsi qu’Elodie Méreau pour les petites séquences dessinées qui font de ce petit film un chouette souvenir de cette première édition.
Mille mercis à eux !

Kaméléon Prod, société de réalisation audiovisuelle au service des entreprises, collectivités et associations.
http://www.kameleonprod.fr

 

C’est fini !

La deuxième édition s’achève par un magnifique soleil. Même si après cette semaine mouvementée la fatigue nous gagne, ce qui nous reste en tête ce sont des centaines d’images et les joies d’avoir partagé avec les auteurs et les bénévoles une expérience très riche.

We want Pierre Feuille Ciseaux #3 !

 

Dernière journée pour venir nous voir

La résidence se termine ce soir et on ne saurait trop vous conseiller de venir voir les chouettes travaux des auteurs, les expositions sur l’OuBaPo et les 20 ans de l’Association et les ateliers de sérigraphie et linogravure.

Et profiter du soleil dans les jardins de la Saline !

À la tombée de la nuit…

La Saline fermera ses portes à 20h mais en début de soirée on se retrouvera au bar avec Mr Duterche, Alcor et June, pour un dj set à se fouler les chevilles. Pour accompagner ce déluge de bons disques, nous proposons également la savoureuse production du Pintadier, brasseur artisanal à Besançon.

All over en action

Aurélien, le casseur de cadre du sérigraphe All Over a su se faire pardonner de son redoutable chef en produisant cette jolie vidéo qu’on a voulu partager avec vous :

 

Que faire ? où aller ?

Pierre Feuille Ciseaux #2 est ouvert depuis 10h ce matin et il s’y passe beaucoup de choses. Voici un échantillon de ce qui s’est tenu ce matin.

L’Usine : l’atelier. Vous y croiserez les auteurs et les bénévoles en train de finaliser leur travaux.

 

L’usine, coté sérigraphie, animé par David de All Over.

 

L’usine : The Hoochie Coochie pour l’atelier linogravure (ici Olivier Philipponneau).

 

La Saline royale, c’est aussi l’occasion de profiter du soleil et du cadre vraiment cool !

 

Le Bar tenu par l’ami Ben & son comparse Lucho, où vous trouverez de quoi vous restaurer. Mais où est passé Laulau ?

 

La Bouquinerie, où vous trouverez en bonne place Le Distroboto :

Le Distroboto : 2€ la boîte remplie de belles images en sérigraphie ou en linogravure, des mini-fanzines, le tout signé par les auteurs en résidence durant la semaine… A ne pas manquer !

 

L’atelier fanzine a pris place dans l’atelier des auteurs : ici, le collectif Arbitraire de Lyon.

 

Les Causeries à l’étage de la maison du directeur.

 

La salle de projection.

 

Les travaux des auteurs en sérigraphie et linogravure.

 

Et d’autres évènements mais si vous êtes perdus, demandez votre chemin aux bénévoles qui ont un badge bleu !

 

Nous y sommes : on vous attend !

Après 5 jours de résidence des auteurs, il est temps d’ouvrir les portes au public. L’inauguration a eu lieu hier soir dans la salle d’exposition XX/MMX et ce matin à 9h, les bénévoles prenaient leurs marques avant l’ouverture des portes. Les auteurs ont également commencé à préparer leur atelier pour recevoir le public en affichant la majeure partie de leurs travaux accompagnés d’explications.

Un projet qui ne restera pas dans les limbes

Voyant la vingtaine d’auteurs invités : ce qui saute aux yeux c’est la diversité, des styles, des caractères, des inspirations…

On trouve dans le travail de Marcel Ruijters de nombreuses références au langage graphique médiéval ; les personnages sont souvent torturés et les lettres gothiques. Il a profité de l’atelier de linogravure pour renouer avec une technique qu’il n’avait pas utilisée depuis quelques années, nous laissant entrevoir l’ébauche de la couverture de son prochain ouvrage. Le résultat est impressionnant de dextérité et de finesse, rappelant l’esthétique des enluminures.

L’auteur néerlandais a su aussi adapter son style graphique à certains exercices proposés par les autres auteurs. (résultat visible dans le Distroboto).

On a une bonne et une mauvaise nouvelle.

Et parce qu’on a envie de continuer sur la lancée de cette magnifique journée ensoleillée qui voit tous les auteurs s’installer dehors avec leurs encres et leurs papiers, on se débarrasse de la mauvaise :

– parce qu’il est cet homme universellement reconnu comme très occupé, Jean-Christophe Menu ne pourra malheureusement pas être des nôtres durant ce weekend.
Nous sommes évidemment tous super tristes, car l’exposition des 20 ans de L’Association, tout comme la présentation de ce qu’est l’OuBaPo, n’aura probablement pas la même saveur sans la présence alentour de l’homme qui tient les rennes de cette belle structure (depuis si longtemps qu’on ne saurait dire si, finalement, il ne serait pas venu en catimini dans les caisses contenant la dite-exposition, et ne se serait pas caché dans une taupinière pour mieux nous observer).
Nous souhaitons évidemment un très bon weekend à JCM, et soyez assurés qu’on ne lui lâchera pas les semelles pour autant (on en reparlera bientôt).

– ce weekend, Fabien Texier, journaliste intervenant dans les Causeries, ne viendra pas qu’avec son Petit Guide du Maronnier Strasbourgeois : dans ses bagages, monsieur Vincent Vanoli en guise d’invité de dernière minute, nous fera l’honneur de sa présence, notamment dans le cadre d’une discussion prévue le samedi.
On vous invite à venir découvrir ce type génial en même temps que les horaires de cette petite conversation croisée sur place, dès demain matin.

Ah oui, parce qu’on ne vous avait pas dit ? Pierre Feuille Ciseaux ouvre les portes de son laboratoire demain matin.
On vous attend de pied ferme !

Nouvel accident en sérigraphie, merci Aurélien!

Arnaud, son supérieur hiérarchique, nous fait savoir qu’il ne peut plus l’encadrer…

?????

Depuis lundi nous parcourons en long et en large la Saline, ce qui vous le verrez, n’est pas une mince affaire.

Ces longues marches journalières sont jalonnées d’objets aussi insolites qu’étranges. Vous pourrez voir ci-dessous, une trappe ouvrant vers une autre dimension, une machine de torture, une attaque d’insecte géant, des messages codés intrigants, un alien robotisé…

… ou un banc d’insolation, une presse à linogravure, un essai de projection, des notes de travail, un appareil photo d’un autre temps.

Le studio de bande dessinée

Tous les projets avancent, Lisa Mandel fait un point sur le « studio de bande dessinée » qu’elle a initié.

Installation de l’exposition XX/MMX

L’installation de l’exposition des 20 ans de l’Association est en cours dans la berne ouest de la Saline, salle impressionnante pour cet évènement très attendu.

Découpage, pliage, collage

Aujourd’hui à l’Usine c’était vraiment le travail à la chaîne : à la fois pour monter les boîtes pour le Distroboto et pour préparer les contenus.

Anouk Ricard, Loïc Gaume, Marie-Flo, Estelle, Oriane et Adrien s’échangeaient joyeusement ciseaux, cutter, colle et massicot.

Le résultat sera visible dès samedi. Muni d’une pièce de deux euros vous pourrez actionner l’étonnante machine et obtenir une sérigraphie, une gravure faite en série limitée.

 

 

 

 

Anouk Ricard au poste « pliage » de l’usine.

Frise, née de la collaboration entre L.L. De Mars et Benoît Preteseille, prête pour la mise en boîte.

Distrobot-man entièrement fabriqué en boîtes recyclées par les soins de Marie-Flo.

L’oeil de Blexbolex

Aujourd’hui, l’usine de sérigraphie reçoit de nombreux typons sur lesquels les auteurs travaillaient activement hier ; parmi les projets concernés, nous avons suivi la revue de Blexbolex qui a débuté dés lundi.

 

Deux des trois typons créés par Blexbolex pour la revue (première et quatrième de couverture), support de l’exercice qu’il propose.

 

À gauche, la boite de stockage des écrans d’impression. À droite, le banc d’insolation des écrans.

 

Élimination de l’émulsion photosensible après insolation.

 

Calage sur mesure de la feuille à imprimer.

 

Tirage de l’encre sur l’écran.

 


La première couche terminée est placée sur une claie pour le séchage.

 

Le deuxième motif est préparé de la même manière.

 

Une attention particulière est portée sur le calage et les couleurs…

… qu’il faut parfois modifier. Ici on retire l’encre de l’écran pour la foncer pour les prochain tirages.

 

Le résultat des deux premiers tirages sera remis aux auteurs qui collaborent sur la revue pour commencer leur travail.

 

Ici, Loïc Gaume a la primeur de composer un début à l’histoire créée par Blexbolex sur la quatrième de couverture de la revue.

 

On sait pour l’instant que Max De Radiguès, Jonathan Larabie, Pierre Maurel et Olivier Philipponneau (The Hoochie Coochie) travaillent aussi sur cet exercice sous contrainte. On a hâte de voir le résultat final, que vous pourrez bien sûr consulter les 2 et 3 octobre à la Saline.

 

Exercice difficile…

… que d’essayer de couvrir ce qui se passe dans l’atelier, les auteurs étant tous autant motivés pour proposer des exercices que pour les faire.

Lisa Mandel a embauché une quinzaine d’auteurs (pratiquement tous ! ) sur son projet de bande dessinée industrielle. Le concept est bien sûr revisité et chaque auteur occupera un poste où il laissera son empreinte personnelle ; on peut imaginer qu’un personnage créé par un auteur A sera mis en scène par B, crayonné par C, encré par D, etc. Un projet captivant mais qui demande du temps et de l’organisation … on a hâte de voir le résultat et surtout on essaye de vous en dire plus bientôt.

 

L.L. De Mars travaille sur un fanzine d’une trentaine de pages couvrant l’évènement Pierre Feuille Ciseaux tant sur le fond (je l’entendais ce matin demander un ouvrage de la bibliothèque de la Saline sur l’architecture de Claude Nicolas Ledoux), que sur la forme (toutes les techniques graphiques proposées ici semblent exploitées, croisées, etc.).

 

[tubepress video= »mHG67Q0ZqIQ »]

Ibn Al Rabin a proposé entre autres deux exercices basés sur le « Théorème des quatre couleurs » (cf. Wikipedia), indiquant « qu’il est possible, en n’utilisant que quatre couleurs différentes, de colorer n’importe quelle carte découpée en régions, de sorte que deux régions adjacentes reçoivent toujours deux couleurs distinctes ». Les régions étant des cases de BD et les couleurs pouvant être par exemple un nombre de personnages, des décors, etc. On attend Étienne Lécroart pour sa dextérité sur ces exercices « mathématiques ».

 

[tubepress video= »QeeREkbihZM »]

Dans l’ensemble l’ambiance est prolifique autant que détendue.

 

Accident à l’usine !

Information ô combien importante (pendant que les auteurs boivent des coups dégustent quelques vins de la région), All Over vient de casser un cadre de sérigraphie sur la frise produite par L.L. De Mars et Benoît Preteseille.

Dégustation de vins d’Arbois

L’atelier s’est vidé …