Paper is not dead #3, une nouvelle exposition du Musée des Maisons Comtoises.

Il y a des habitudes que l’on aime à prendre, chez ChiFouMi : celle qui consiste à répondre favorablement à l’invitation du Musée des Maisons Comtoises de Nancray (25) à rejoindre la nouvelle édition de leur grande exposition collective Paper Is Not Dead en est une, par exemple.
Après les réussites des deux éditions précédentes (en 2014 et en 2016), nous avons évidemment répondu présent -tout comme plus de quarante artistes et collectifs- en proposant au public un focus sur trois approches différentes d’utiliser le support papier (car c’est tout de même le thème de cet élan doubiste, s’il fallait encore le rappeler) dans le monde de la bande dessinée contemporaine ou du fanzinat d’aujourd’hui. Au programme, donc : le papier découpé -celui des vieux comics- réutilisé dans de fascinants et vertigineux montages ; le papier jamais identique (dans sa matière, dans son format, dans sa pagination) d’une série de fanzines auto-publiés ; et une série de publications en bande dessinée qui se plie, se déplie et se complète dans un dédale de bâtiments à lire.

Paper Is Not Dead 3 - montage ChiFouMi

Samplerman / Yvan Guillo [site]
En dehors des circuits tracés, bien loin des conventions, s’agitent sans relâche les nombreux rouages de la grosse machinerie underground. Le fanzinat comme moyen ET comme fin : voilà qui figure bien souvent dans le parcours de bon nombre d’auteurs œuvrant dans la scène alternative et/ou indépendante de la bande dessinée. Mais parfois, il ne s’agit pas de pis aller, ni de solution de repli ; la marge est ainsi champ de manœuvre, le meilleur qui soit.
C’est précisément là que l’on retrouve Yvan Guillo, à explorer depuis 25 ans les limites de son terrain de jeu. Ses premiers fanzines auto-produits datent du début des années 90 mais les nombreuses balises qu’il sème au gré de diverses publications alternatives bien identifiées tracent un parcours que l’on serait tentés de vouloir résumer à celle d’un auteur underground comme on en croise régulièrement. Puis, aux alentours de 2010, son opiniâtreté et son intérêt pour la forme bande dessinée le singularisent via un projet dont la portée va lui échapper assez vite.
Nourri de bande dessinée tout autant que de poésie, de radio, d’abstraction, de surréalisme, Samplerman est une évolution logique aux explorations narratives de son auteur, bien décidé à en découdre avec l’espace inter-iconique (et les diverses formes de réalité non-linéaire que l’on saura y trouver). Puisant à certaines racines de la bande dessinée classique (les comics mainstream des années 50, principalement), Yvan Guillo pousse les limites de la distortion et produit une forme expérimentale hypnotique et passionnante, qui n’en finit plus de fasciner. Les motifs, le cut-up, l’itération, la critique et la réalité s’y bousculent avec fracas, dans un tourbillon sensoriel qui bouscule la notion d’avant-garde dans le domaine de la narration séquentielle.

Lunatic Fringe / Boris Krommendijk. [site]
Le parcours artistique de Boris Krommendijk ressemble à un curieux jeu d’équilibriste entre les multiples pratiques d’expression de soi qu’il exerce depuis des années. Le point d’orgue de tout cela serait d’ailleurs précisément un croisement de plusieurs notions, idées, états d’esprits avec lesquels l’artiste refuserait de choisir : on oscille entre la poésie du quotidien et la critique sociétale d’un monde inacceptable, on hésite à ranger ses productions du côté d’un militantisme un brin nihiliste ou la collection d’images simples, pures, solaires et candides.
Entre un programme de création radiophonique et une série de clichés photographiques, il s’aventure occasionnellement sur le terrain de l’édition. Pas n’importe laquelle : celle que l’on choisit, celle dont on détermine les tenants et les aboutissants, celle que l’on peut maîtriser un minimum plutôt que de se contenter de voir son œuvre adaptée, déformée, modifiée. L’auto-édition était donc la seule issue satisfaisante pour que Krommendijk partage certains de ses travaux. La forme de Lunatic Fringe est changeante d’un numéro à l’autre, dévoilant l’impossibilité pour l’auteur de se cantonner à un registre figé. Le matériel et la technique de reproduction employée sont ceux de la débrouille. Le contenu, lui, est une suite d’instants de grâce reproduits en copie laser sur un papier qui trahit la bricole ; bricole revendiquée comme tel, aux antipodes de la satisfaction de celles et ceux qui ne font que parle, et avec la modestie de celles et ceux bien trop occupé.e.s à « faire ».

Façades / Wieland Bosma, Léo Duquesne, Léa German, Adrien Houillère, Pierre Jeanneau, Victor Lejeune et Ludovic Rio (éditions Polystyrène). [site]
L’histoire du collectif Polystyrène ressemble à celle observée mille fois : une bande d’amis d’école d’art décident de se réunir autour d’objectifs communs, et de se lancer dans la petite édition pour concrétiser certains de leurs élans créatifs. A un détail près : lorsqu’en 2010 naissent les éditions Polystyrène, les dits-étudiants sont rompus à la pratique de la déconstruction narrative, connaissent l’expérimentation formelle en bande dessinée comme personne, et font montre d’une imagination et d’un enthousiasme rarement observés dans le giron de la micro-édition.
Que cela soit pour donner vie à leurs propres travaux ou pour publier des projets leur semblant pertinents (ou irréalisables, on se le demande parfois), la poignée d’éléments moteurs n’en finit pas de donner vie à un catalogue qui ressemble davantage à un cabinet de curiosités en papier qu’à une liste de références semblables les unes aux autres. Après plusieurs productions casse-tête dont on imagine pas qu’elles puissent avoir été réalisées ailleurs que sous leur aile bienveillante, la dernière sortie marquante est une collection à part entière : la série Façades aligne différents leporello représentant chacun un bâtiment en vue de coupe. Chaque autrice, chaque auteur participant doit utiliser cette contrainte formelle en la laissant évidemment infuser le récit qu’elle/il décidera de nous raconter, en s’en tenant à cette forme précise. Le but avoué étant que les sorties se suivent (six à ce jour) et forment, une fois réunis, une ruelle, un quartier grouillant de vie(s).

Vous pouvez télécharger le dossier de presse qui vous présentera l’ensemble des artistes exposés en cliquant sur le visuel ci-dessous :

Paper Is Not Dead # 3 - visuel Musée Maisons Comtoises Nancray
Paper Is Not Dead #3, c’est du 1er avril au 7 juillet 2018 au Musée des Maisons Comtoises de Nancray, à côté de Besançon ! Pour des infos plus précises et complètes : leur site est ici et leur page facebook ici.

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • Partie 6 : Le Photographe.

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.


• Le Photographe.

Médiathèque Municipale de la Pléiade, Sainte-Marie, du 15 février au 5 avril 2018.

LE PHOTOGRAPHE - SAINTE MARIE - EXPO VISU - WEB - 2
Ouvrage maintes fois primé, « Le Photographe » est un livre issu de la rencontre entre l’auteur de bande dessinée et le photographe de presse Didier Lefèvre qui dans les années 80 accompagna une mission de Médecins Sans Frontières en Afghanistan.
Le photographe suit alors de son objectif les agissements, les détails, et les rencontres que feront les membres de cette expédition, à commencer par Juliette Fournot la responsable de la dite mission. Là encore, les petites histoires du quotidien résonnent comme jamais, dans leur singularité et leur universalité, tout à la fois. A l’autre bout du monde, dans les dédales de rochers afghans, les anecdotes se mêlent et n’en finissent plus de nourrir une expérience qui marqua le photographe -et ses compagnons d’aventure, car c’en est une- à jamais.
Quelques années plus tard, comme il semble en avoir l’habitude, Emmanuel Guibert s’en est allé trouver son ami Frédéric Lemercier pour cimenter cette curieuse expérience graphique : les photos de l’un, les dessins de l’autre, et la fluidité visuelle comme but, en plus de celui de raconter l’irracontable.  Pour le plus grand bonheur des lecteurs, le mélange des pratiques donne lieu à un livre parfaitement réussi, en plus d’être intimement touchant, dur, beau. Indubitablement, on tient là un chef-d’œuvre de bande dessinée contemporaine, qui associe pourtant en apparence deux formes visuelles d’un certain classicisme : d’un côté, une photographie typiquement « de la presse », celle qui ne cache rien, qui tient debout seule, qui interpelle par sa simplicité apparente ; et de l’autre, un dessin qui raconte tout, qui soulève les interrogations endormies dans le regard du lecteur, qui rappelle à chacun les souvenirs de lecture de bd d’aventure… Et pourtant. Ces deux pratiques, ces deux langages, se nourrissent et se complètent, s’interrogent et semblent se stimuler. Le fond, lui, est à la hauteur de l’ambition formelle, et le résultat final est pourtant tellement au delà de la somme de toutes ces qualités évoquées…

Pour notre plus grand plaisir, Emmanuel Guibert viendra nous parler de ce livre et sera pour l’occasion accompagné de Juliette Fournot, « La » Juliette de la mission MSF elle-même, le temps d’une rencontre publique à la Médiathèque Municipale de la Pléiade à Sainte-Marie, le vendredi 9 mars 2018 à 19h.
Médiathèque La Pléiade,
2 rue de la république 17740 Sainte-Marie de Ré
05.46.43.91.80 – mediatheque@saintemariedere.fr

(une proposition de l’association ChiFouMi et de la Médiathèque de la Pléiade de Sainte-Marie, avec le soutien de la ville de Sainte-Marie et de la Communauté de Communes de l’Île de Ré, ainsi que celui des éditions Dupuis, du réseau Efigie, et de du9.org)

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) sera régulièrement remis à jour sur notre site et nous vous encourageons à le suivre de près : plusieurs surprises seront annoncées au fur et à mesure, autant d’occasions à ne pas manquer !

Emmanuel Guibert : le dessin comme écriture – exposition FIBD Angoulême 2018

ChiFouMi a été invité à contribuer au bel effort consistant à montrer l’étendue du talent d’Emmanuel Guibert, œuvre sur laquelle nous planchons depuis déjà plusieurs mois du côté du territoire de l’Île de Ré.
Cette fois, c’est au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême que ça se passe, et on espère bien évidemment vous y retrouver !
L’exposition est encore ouverte au public jusqu’au 25 février 2018, toujours à La Cité (Mezzanine Calvo) : l’occasion de passer par Angoulême prochainement ?  😉

E.Guibert FIBD expo 2018


 »Lauréat en janvier 2017 du Prix René Goscinny, qui récompense l’œuvre d’un scénariste de bande dessinée, Emmanuel Guibert s’adresse, à travers ses différents livres, à des lecteurs de tous les âges. Retour sur l’œuvre d’un auteur chez qui l’écriture se construit simultanément en images et en mots.
Les œuvres d’Emmanuel Guibert nourissent des expériences de lecture à part. Avec sensibilité, minutie et affection, l’auteur parvient à se glisser dans l’intimité de ceux qui lui sont proches pour mieux les sublimer par son geste créateur. Le photographe Didier Lefèvre, dans Le Photographe (Dupuis), l’ancien soldat américain Alan Ingram Cope dans La Guerre d’Alan, L’Enfance d’Alan et Martha & Alan (L’Association), sont ainsi devenus les héros simples mais édifiants de récits où biographie et autobiographie fusionnent dans un continuum indémêlable.
Si l’auteur travaille depuis plus de 20 ans à une œuvre protéiforme, c’est son travail de scénariste qui est mis à l’honneur dans l’exposition consacrée au lauréat du Prix René Goscinny 2017.
Emmanuel Guibert écrit depuis 2002 les scénarios de Sardine de l’espace (Dargaud), en compagnie de Joann Sfar et de Mathieu Sapin, après avoir créé en 1999, dans les pages du mensuel J’aime lire, une autre série jeunesse aussi remarquée qu’appréciée : Ariol, dessinée par Marc Boutavant (BD Kids). Guibert s’est inspiré de ses propres souvenirs d’enfance et d’école pour imaginer les aventures de ce petit âne bleu attachant, qui a un donné lieu tout récemment à un spectacle associant musique et dessin, l’Ariol’s Show, qui sera présenté au Festival…

Le Prix René Goscinny Prix du scénario

En 2017, le Festival International de la Bande Dessinée et l’Institut René Goscinny ont remis à l’honneur le Prix René Goscinny, qui a pour vocation de mettre en lumière le travail des scénaristes de bande dessinée. Le lauréat, désigné par un jury, reçoit le prix lors de la présentation de la programmation de la 45e édition du Festival, le 30 novembre 2017.
Créé en 1988 par Gilberte Goscinny, le Prix s’inscrit dans l’esprit et le prolongement de l’action menée par René Goscinny. Grâce à son immense talent, le cocréateur et scénariste d’Astérix, d’Iznogoud, du Petit Nicolas ou encore de Lucky Luke a révélé l’importance du scénario dans la bande dessinée.
Il lui a donné la place qu’il mérite, en imposant notamment la signature du scénariste aux côtés de celle du dessinateur. Le Prix, fidèle à sa vocation originelle, est attribué à un jeune scénariste pour un album paru dans l’année, ou à un scénariste confirmé pour sa contribution à un album en particulier.
Il peut également couronner un scénariste pour l’ensemble de son œuvre. Le scénariste primé reçoit un trophée en bronze, œuvre originale de l’artiste français Robert Combas, qui figure un assemblage de lettres qui forment le mot « Scénario ». Un an après la remise du Prix, le lauréat se voit consacrer une exposition, réalisée par le Festival en partenariat avec l’Institut René Goscinny, dans le cadre de la programmation officielle du Festival. »

Vaisseau Mœbius • Mezzanine Calvo du 25 au 28 janvier 2018
Co-production : 9e Art+ / FIBD et l’Institut René Goscinny
Commissariat : Julien Misserey et Stéphane Beaujean

logos partenaires expo Guibert FIBD 2018

 

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • Partie 5 : rencontre avec Emmanuel Guibert

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.

• Rencontre avec Emmanuel Guibert
Bibliothèque municipale, La Couarde-sur-Mer, mardi 19 décembre 2017 à 18h.

Le cycle de découverte de la bande dessinée contemporaine continue à La Couarde !

Emmanuel Guibert - rencontre décembre La Couarde

Après la venue d’Étienne Davodeau et de David Prudhomme le mois dernier (dans le cadre de l’exposition Rupestres ! Une autre forme de bande dessinée encore accrochée à la Mairie), c’est au tour d’Emmanuel Guibert de nous faire l’honneur d’une visite rétaise…
La bibliothèque de La Couarde (où est toujours accrochée l’exposition Ariol pour le jeune public) vous invite donc le mardi 19 décembre à 18h pour une rencontre ouverte à toutes et à tous, en compagnie d’un des auteurs les plus inventifs et passionnants du moment, par ailleurs récemment auréolé du Prix René Goscinny lors du dernier Festival International de la bande dessinée d’Angoulême.
Ce sera l’occasion de découvrir ou de redécouvrir les formidables bouquins que sont La Guerre d’Alan (qui fait l’objet de l’exposition Alan Cope, un américain sur l’Île de Ré au Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin depuis la rentrée et dont la reprise est annoncée du 7 mars au 13 mai 2018) ou encore Le Photographe (avec Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier), entre autres grands classiques signés par ce créateur enthousiasmant.
Nous y évoquerons également les travaux réalisés lors des ateliers pédagogiques effectués avec les élèves des écoles de La Couarde et de Saint-Clément, qui ont réalisé plusieurs fanzines de bande dessinée inspirés de l’univers d’Ariol, autre succès estampillé Guibert.
La plupart des titres de l’auteur sont disponibles sur place le soir venu, et le reste du temps à La Mouette Qui Lisait, librairie indépendante partenaire de notre articulation toute guibertienne.  🙂
Librairie La Mouette Qui Lisait, 29 Grande Rue 17670 La Couarde.

(Une proposition de l’association ChiFouMi, de la Ville et de la Bibliothèque Municipale de La Couarde-sur-Mer, avec le soutien de la Communauté de Communes de l’Île de Ré et le concours d’Efigie et de du9.org, en partenariat avec la librairie La Mouette Qui Lisait, dans le cadre de « Nous sommes les gens de qui nous parlons », articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018)

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) sera régulièrement remis à jour sur notre site et nous vous encourageons à le suivre de près : plusieurs surprises seront annoncées au fur et à mesure, autant d’occasions à ne pas manquer !

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • Partie 4 : Ariol à La Couarde !

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.

• Ariol à La Couarde.
Bibliothèque municipale, La Couarde-sur-Mer, du 11 octobre au 26 novembre 2017.
« Ariol » est l’une des séries préférées du jeune public, et pas seulement : il fallait toute la malicieuse alchimie entre Emmanuel Guibert et son comparse Marc Boutavant pour créer un univers aussi espiègle et maîtrisé que celui du petit âne, de sa famille, de ses amis.


De livre en livre (en passant par une très réussie adaptation au format dessin animé), la galerie de personnages n’en finit plus de toucher, de faire rire, d’amuser… Et les plus rétais les plus attentifs devraient reconnaître pas mal de détails et d’allusions graphiques lorsque le petit Ariol part en vacances avec ses grand-parents à Saint-Ampoire, village imaginaire situé sur une petite île imaginaire…

⇒ Plusieurs longs ateliers pédagogiques seront mis en place dans différentes écoles du territoire rétais, de La Couarde-sur-Mer à Saint-Clément-des-Baleines.
A l’issue de ces ateliers répartis sur plusieurs semaines, les élèves des classes concernées rencontreront Emmanuel, co-créateur d’Ariol, ainsi qu’Etienne Davodeau, David Prudhomme et Troubs : les quatre auteurs se connaissent bien et se retrouveront à La Couarde-sur-Mer dans le même temps (ne manquez pas les différents moments de rencontre publique).

(une proposition de l’association ChiFouMi, de la Ville et de la bibliothèque de La Couarde-sur-Mer, avec le soutien de la Communauté de Communes de l’Île de Ré, des éditions Bayard et le concours d’Efigie et de du9.org.)

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) sera régulièrement remis à jour sur notre site et nous vous encourageons à le suivre de près : plusieurs surprises seront annoncées au fur et à mesure, autant d’occasions à ne pas manquer !

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • Partie 3 : Rupestres !

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.

Rupestres ! Une autre forme de bande dessinée.
Hall de l’Hôtel de Ville & Bibliothèque Municipale, La Couarde-sur-Mer, du 2 octobre au 26 novembre 2017.

Une drôle d’expérience qui agrandit un peu les possibilités de ce que peut être une bande dessinée !
Récit d’exploration de l’origine de l’élan artistique vu par une poignée d’amis auteurs de bande dessinée, « Rupestres ! » est également un fameux récit collectif écrit et dessiné à plusieurs mains qui interroge l’esprit (qu’est-ce un artiste aujourd’hui ?) autant que l’œil, à travers les audacieuses expérimentations graphiques de six aventureux auteurs de bande dessinée… qui n’en sont pourtant pas à leurs premiers ouvrages :

GUIBERT / DAVODEAU / PRUDHOMME / TROUBS - montage mosaique couvertures

⇒ Quatre d’entre eux, et pas des moindres, feront le déplacement aux côtés d’Emmanuel Guibert le temps de plusieurs rencontres pédagogiques et publiques.
Etienne Davodeau, David Prudhomme, et Troubs seront donc des nôtres pour le vernissage de l’exposition le mardi 7 novembre à 18h30 à la Mairie de La Couarde-sur-Mer.
Et le lendemain, mercredi 8 novembre, rendez-vous à 19h30 pour une rencontre avec ces quatre auteurs à la Bibliothèque Municipale.

Par ailleurs, la plupart des titres de ces auteurs prolifiques sont disponibles à la La Mouette Qui Lisait, librairie indépendante partenaire de ces propositions. Les livres y trônent déjà en bonne place, vous ne pourrez pas les manquer !
Librairie La Mouette Qui Lisait, 29 Grande Rue 17670 La Couarde.

La Mouette Qui Lisait - RUPESTRES 1/4 La Mouette Qui Lisait - RUPESTRES 2/4  La Mouette Qui Lisait - RUPESTRES 4/4
Et pendant ce temps, à la mairie…

Rupestres - mairie de La Couarde 5/5

Rupestres - mairie de La Couarde 4/5

Rupestres - mairie de La Couarde 3/5

Rupestres - mairie de La Couarde 2/5

Rupestres - mairie de La Couarde 1/5

(« Rupestres ! Une autre forme de bande dessinée » est une proposition de l’association ChiFouMi, de la Ville et de la Bibliothèque Municipale de La Couarde-sur-Mer, avec le soutien de la Communauté de Communes de l’Île de Ré et le concours des éditions Futuropolis, d’Efigie et de du9.org, en partenariat avec la librairie La Mouette Qui Lisait)

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) sera régulièrement remis à jour sur notre site et nous vous encourageons à le suivre de près : plusieurs surprises seront annoncées au fur et à mesure, autant d’occasions à ne pas manquer !

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • Partie 2 : lancement de l’expo Alan Cope.

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.

L’exposition Alan Cope, un américain sur l’île de Ré a débuté hier au Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré.

L’occasion pour un premier public de curieuses et de curieux de découvrir cette exposition dans la très belle salle haute de l’Hôtel de Clerjotte, de rencontrer Emmanuel Guibert durant le vernissage puis, le lendemain, lors d’une belle rencontre.
Un grand merci à toutes celles et ceux qui ont fait le déplacement pour nous rejoindre lors de l’un ou l’autre de ces moments, on espère tous que vous avez passé un bon moment et que la traversée du pont sous les bourrasques en valait la peine.  🙂

Parée pour les Journées du Patrimoine qui débutent demain matin, l’équipe du Musée attend les visiteurs de pied ferme ! 😉

Ci-dessous, quelques prises de vues de ces deux derniers jours :

Prises de vues Expo Alan Cope

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • Partie 1 : Alan Cope, un américain sur l’île de Ré.

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.

La première de ces propositions débute dès septembre au Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré, et toute l’équipe de l’association ChiFouMi est très contente de vous la présenter dès aujourd’hui :

ALAN COPE, un américain sur l’Île de Ré.
Musée Ernest Cognacq, Salle de l’Hôtel de Clerjotte, Saint-Martin-de-Ré, du 14 septembre au 6 novembre 2017 puis du 7 mars au 13 mai 2018.
+ Visites guidées et présentées par le commissaire d’exposition les dimanche 8 et mercredi 25 octobre 2017 à 15h.

Alan Cope - un américain sur l'Île de Ré - visuel

Une vaste exposition autour de la saga d’Alan (les livres « La Guerre d’Alan », « L’Enfance d’Alan » et « Martha & Alan », ouvrages à la croisée des chemins : témoignages historiques tout autant que récits humanistes, publiés à L’Association) proposant de nombreuses planches originales et même quelques travaux inédits, ainsi qu’une vaste sélection issue des nombreux carnets de dessins rétais de l’auteur qui aux côtés de son ami Alan a parcouru l’île en long et en large jusqu’à la mort de celui-ci, en 1999. L’occasion de découvrir également quelques reliques ayant appartenu à au vieil américain, ainsi que quelques précieux documents sonores en borne d’écoute : lorsque ce dernier et Emmanuel chantent de concert, ou encore le très beau Portrait d’Alan Ingram Cope proposé par Christian Rosset pour la série radiophonique L’Atelier de la création sur France Culture).

⇒ Le tout ponctué de plusieurs rendez-vous avec Emmanuel tout au long de l’année (projections, rencontres, concert…) dont nous reparlerons très prochainement ici-même.

⇒ le tout premier rendez-vous : le jeudi 14 septembre 2017, nous vous invitons bien évidemment à découvrir l’exposition mais aussi à assister à la projection du documentaire « La mémoire d’Alan » réalisé par Céline Dréan (27′, 2007), avant de participer à une rencontre avec Emmanuel Guibert à l’issue de cette séance.
(réservation conseillée : 05 46 09 21 22 / par email).

Se faire une idée : quelques premières photos de l’expo !

(« Alan Cope, un américain sur l’Île de Ré » est une proposition de l’association ChiFouMi et du Musée Ernest Cognacq, avec le soutien de la ville de Saint-Martin-de-Ré et le concours de L’Association, d’Efigie, des Belles Lettres Diffusion Distribution, de du9.org et de France Culture.)

Guibert - quelques livres traduits

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) sera régulièrement remis à jour sur notre site et nous vous encourageons à le suivre de près : plusieurs surprises seront annoncées au fur et à mesure, autant d’occasions à ne pas manquer !

Derf Backderf à la librairie Les Rebelles Ordinaires (La Rochelle) le samedi 2 septembre 2017.

La dernière fois que nous l’avions accueilli, c’était aux Ateliers Zone Art à Besançon, il y a environ deux ans de cela, et cela avait été un très chouette moment dont on nous reparle encore de temps à autre.

Depuis, l’américain Derf Backderf n’en finit plus de toucher un public de plus en plus large. Outre ses bouquins de plus en plus traduits ici et là (d’ailleurs, saluons son éditeur français Çà et Là qui propose désormais trois livres de l’auteur disponibles dans notre langue), l’une des belles nouvelles est l’adaptation au cinéma de son livre « Mon Ami Dahmer », dont le teaser tourne depuis quelques semaines : mais si, vous savez, l’histoire de ce type devenu un serial-killer parmi les plus célèbres des Etats-Unis, adaptée en bande dessinée par Derf qui a partagé la scolarité du sinistre Dahmer, du collège au lycée, dans leur petit bled perdu de l’Ohio.
Au sujet de cette adaptation, une belle annonce concernant ce film sera faite à peu près au moment où nous accueillerons Derf, nous n’en dirons pas davantage, mais nous comptons sur l’auteur pour le faire lors de cette rencontre ! Ca se passe du côté de la Librairie Les Rebelles Ordinaires, la joyeuse librairie solidaire (avec espace de gratuité et accueil cosy) récemment ouverte à La Rochelle par une équipe aussi enthousiaste que rock and roll.

On vous donne donc rendez-vous le samedi 2 septembre à 20h pétantes à la librairie pour une rencontre avec l’auteur, qui prendra la forme d’une projection commentée de son parcours, puis d’un échange avec ses lecteurs.

A bientôt donc !

DERF BACKDERF 2017 - webfly HR

Derf Backderf est l’auteur de trois livres parus aux éditions Çà et Là : « Mon Ami Dahmer », bien sûr, mais aussi « Punk Rock et Mobile homes » et « Trashed ».

Au sujet de « Mon Ami Dahmer » :
« Journaliste de formation, Backderf a épluché les dossiers du FBI et est revenu sur place pour interroger d’anciens profs et camarades de classe. Empathique, mais jamais complaisant, dérangeant, mais nécessaire, son récit plonge dans les limbes de la folie humaine. » — Le Monde.
« Ces 200 et quelques pages remarquables exhalent la tristesse, un remord latent, un intense sentiment de gâchis et cette irréductible incompréhension face à la noirceur d’un esprit familier, dans laquelle, pâlotte, miroite une lueur d’humanité accordée à rebours. » — Radio Nova.
« Un très bon livre qui revient sur les origines du tueur en série putride que fut Jeffrey Dahmer. Plongez-vous dedans – il vous laissera sur le carreau. » — James Ellroy.

Présentation d’après le site de l’éditeur :
John « Derf » Backderf est né en 1959 à Richfield, une petite ville de l’Ohio où il passera toute son enfance. Après un bref passage dans une école d’art, il retourne chez lui et travaille comme éboueur, avant de recevoir une bourse pour L’université de l’Ohio, où il suivra un cursus en journalisme tout en réalisant des illustrations pour le journal local. Une fois diplômé, il devient journaliste pour un quotidien de Floride, puis abandonne cette carrière pour se lancer dans la réalisation d’un strip, « The City », qui durera vingt-deux ans et sera publiés dans plus de 50 hebdomadaires américains.
Son premier roman graphique, « Punk Rock & Mobile Homes », a été consacré comme l’un des meilleurs romans graphiques de 2010 par Booklist.
Il a commencé à travailler sur « Mon ami Dahmer » en 1994 ; le livre sera finalement terminé en 2011 et publié en 2012 aux États-Unis, puis primé au Festival d’Angoulême 2014 (Prix Révélation).
Derf Backderf a été nominés pour deux Eisner Awards et a reçu de très nombreuses récompenses pour son travail de dessinateur de presse, dont le prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award du dessin politique en 2006.

Il vit à Cleveland (Ohio) avec sa femme Sheryl Harris (journaliste lauréate du Prix Pulitzer) et leurs deux enfants.

 

Nous sommes les gens de qui nous parlons : l’art d’Emmanuel Guibert • introduction.

« Nous sommes les gens de qui nous parlons », c’est le titre (emprunté à une citation d’Alan Ingram Cope) d’une articulation publique autour de l’œuvre de l’auteur de bande dessinée Emmanuel Guibert, sur le territoire de l’Île de Ré de septembre 2017 à juin 2018.

Cet ensemble de propositions est né d’un constat : il y a un lien fort entre l’auteur et le territoire rétais que les lecteurs de la saga d’Alan (publiée à L’Association) connaissent déjà un peu. Alors que le travail d’Emmanuel ne cesse de trouver un public de plus en plus large, alors qu’il a été primé du Prix René Goscinny lors du dernier festival international de la bande dessinée d’Angoulême en janvier dernier, nous nous sommes dit qu’il était peut-être temps de célébrer cet auteur ici-même, par ailleurs camarade de jeu de longue date de nos activités chifoumistes.

Nous Sommes Les Gens Dont Nous Parlons - articulation Guibert 2017-2018

Pendant plus d’une année et dès septembre, l’association ChiFouMi s’associera donc à diverses structures rétaises afin de célébrer le travail d’un auteur de bande dessinée parmi les plus talentueux qui soient. L’œuvre très prolifique d’Emmanuel Guibert sera donc montrée et partagée à de nombreuses occasions avec la population rétaise, principalement à travers des expositions autour desquelles graviteront plusieurs rendez-vous notables : des rencontres publiques, des ateliers pédagogiques, des concerts et des projections, des visites et des parcours, et bien d’autres rendez-vous…
La bibliographie de l’auteur nous laissant un large choix d’exploration, nous nous préoccuperons évidemment des livres autour d’Alan Cope cités plus haut mais aussi d’autres titres bien connus des amateurs de Guibert que l’on s’empressera de faire découvrir aux autres : « Le Photographe » (avec Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier, aux éditions Dupuis) ; « Rupestres ! » (avec Etienne Davodeau, Marc-Antoine Mathieu, David Prudhomme, Pascal Rabaté et Troubs, aux éditions Futuropolis) ; « Ariol » (avec Marc Boutavant, aux éditions Bayard) ; et quelques autres surprises à venir…

La première de ces propositions débute dès septembre au Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré, et toute l’équipe de l’association ChiFouMi est très contente de vous la présenter dès aujourd’hui : il vous suffit de cliquer ici.

Et pour consulter toutes les manifestations et rendez-vous proposés dans le cadre de cette articulation, cliquez ici.

Le programme complet (comprenant les diverses rencontres encore non annoncées, les concerts, les projections, notamment) sera régulièrement remis à jour sur notre site et nous vous encourageons à le suivre de près : plusieurs surprises seront annoncées au fur et à mesure, autant d’occasions à ne pas manquer !

Fête des Associations 2017

L’association ChiFouMi a une rentrée chargée en ce mois de septembre, entre rencontres et expositions.

Pour autant, ce dimanche 10 septembre 2017 de 10h à 18h, nous serons du côté de la base nautique d’Ars-en-Ré pour la nouvelle Fête des Associations de l’Île de Ré. Nous y présenterons notre travail et nos actions en cours, avec une cohorte de collègues, tous acteurs sur le territoire rétais toute l’année durant : près d’une centaine de structures associatives (loisirs, sports, culture, environnement, patrimoine…) seront également de la partie, qui s’annonce être un beau rendez-vous de rencontres en tout genre.

Fête des Associations de l'Île de Ré 2017 - visuel

A bientôt !

Cet événement annuel est proposé et produit par la Communauté de Communes de l’Île de Ré.

Les interventions, ateliers et formations proposées par l’association ChiFouMi.

L’association ChiFouMi propose plusieurs types d’interventions, théoriques et/ou pratiques, à destination de différents publics (scolaires, professeurs de français ou d’art plastique -mais pas seulement !-, bibliothécaires, médiathécaires, animateurs sociaux, etc) afin d’étendre sa volonté de contribuer à valoriser ce qu’est (ou ce que peut être) la bande dessinée contemporaine :

– ateliers pédagogiques participatifs et productifs (tout type de public, mais pas avant 10 ans), principalement autour du support fanzine, avec possibilité d’inclure la réalisation des travaux réalisés en sérigraphie ou en linogravure le cas échéant.
– formations et interventions théoriques : présentations et analyses de livres (représentatifs de ce nous considérons comme de très belles portes d’entrée dans le secteur de l’édition contemporaine qui mérite d’être davantage exploré), historique des différents courants dans l’édition et la création de bande dessinées (nouveaux enjeux et nouvelles pistes, la micro-édition et le fanzinat, la bande dessinée alternative, l’OuBaPo et la création sous contraintes, le genre autobiographique/les nouvelles frontières de la fiction…),
– l’association ChiFouMi propose aussi de conseiller, d’encadrer, et d’animer manifestations et « festivals » dédiés à une certaine forme de bande dessinée, en opérant dans la mise en relations entre organisateurs et auteurs, éditeurs, intervenants.

   « Après une très longue période à devoir justifer que non, la bande dessinée n’était pas qu’un vecteur d’infantilisation, les lecteurs curieux savent désormais que le vaste périmètre qu’occupe ce médium est éminemment riche de propositions, et que chacun peut trouver de multiples raisons de s’y intéresser.
Cependant, la reconnaissance de l’auteur de bande dessinée, de son éditeur, de son lecteur même, demeure un sujet sensible : souvent considérée comme une étape ou une substitution du pauvre (“il ne lit pas, ou alors des bd”…), il lui faut batailler pour prouver que la bande dessinée a sa légitimité, tout autant que n’importe quelle autre écriture artistique.

Pourquoi ? Il suffit d’aller voir ce qui se trame notamment du côté des rayons “indépendants” pour constater l’ampleur, la variété, la
créativité proposée. C’est cette constatation, précisément, qui amène cette série d’interventions (modules complémentaires, durée variable selon composition du programme) proposées par l’association ChiFouMi. »

Ils nous ont fait confiance (et nous les en remercions !) :

– Le Rectorat de Besançon (ateliers pédagogiques en collèges et lycées de Franche-Comté, formation aux enseignants)
– La Délégation Académique à l’Action Culturelle (formations professionnelles « Le Livre dans tous ses états »)
– La Région Franche-Comté (ateliers fanzine dans le cadre du dispositif « Lycéens au Cinéma » dans plus de trente lycées)
– La Communauté d’Agglomération du Grand Dole (ateliers)
– Le Centre Régional du Livre de Franche-Comté (formation de médiathécaires, organisation de rencontres)
– L’Association des Bibliothécaires de France (formation de bibliothécaires)
– Le Cinéma de la Scène Nationale de Besançon, à Besançon (présentation/discussion/soirées thématiques)
– L’Agence culturelle et technique de la région Bourgogne (ateliers)
– La Saline royale d’Arc et Senans (ateliers, expositions, événements, manifestations publiques, résidences…)
– La Communauté de Communes de l’Île de Ré (ateliers)
– Ciclic, l’agence régionale du Centre-Val de Loire pour le livre, l’image et la culture numérique (formation)

– La Médiathèque Champollion de Dijon (animation d’ateliers)
– La Médiathèque Pierre Bayle de Besançon (production d’exposition, rencontres)
– La Médiathèque de Saint-Vit (conseil, mise en relation et animation d’un weekend dédié à la bande dessinée)

– La librairie Mine de Rien, à Besançon (rencontres)
– La Nouvelle Librairie Polinoise, à Poligny (rencontres)
– La librairie Zadig, à Saint-Claude (rencontres)
– La librairie associative L’Autodidacte, à Besançon (rencontres)
– La librairie La Passerelle, à Dole (rencontres)
– La librairie Les Sandales d’Empédocle, à Besançon (rencontres)
– La librairie Les Rebelles Ordinaires, à La Rochelle (rencontres)
– La librairie La Mouette Qui Lisait, à La Couarde-sur-Mer (rencontres)

– Le Minneapolis College of Art and Design de Minneapolis, USA (organisation d’une résidence, d’un atelier pédagogique, de rencontres, production d’expositions…)
– Le festival Bd à Bastia (animation d’ateliers participatifs, pédagogiques et publics, et animations publiques)
– Les Rencontres du 9ème Type, à Poitiers (animation de table ronde auteurs/public)
– Le Sismics Festival de Sierre (rédaction, animation)
– Le Festival Central Vapeur, à Strasbourg (ateliers, animations)
– Les rencontres Périscopages, à Rennes (participation aux rencontres/débats)
– Le festival Autoptic, à Minneapolis, USA (participation aux rencontres, ateliers)
– Le Salon du Polar Pas Sérial S’Abstenir, à Besançon (animation/débats auteurs/public/coproduction d’expositions)
– Le festival MU, de Dijon (ateliers, projections, rencontres)
– Les Portes du Temps à La Saline royale d’Arc et Senans (dispositif d’accompagnement pédagogique, ludique et artistique)
– Le Musée des Maisons Comtoises de Nancray (production d’exposition)
– La Fraternelle Maison du Peuple de Saint-Claude (résidences, rencontres, ateliers)
– L’Entrepot espace associatif de Besançon (rencontres, ateliers)
– La galerie Light Grey Art Lab de Minneapolis, USA (co-production d’exposition)
– Les Ateliers Zone Art de Besançon (rencontres, expositions)
– L’association Spéléographies, à Rennes (animations)
– l’association Maison Fumetti, à Rennes (animations)
– le Musée Ernest Cognacq, à Saint-Martin-deRé (co-production d’exposition)

– L’IUFM de Franche-Comté et son Gymnase – espace culturel (production d’exposition, animation)
– l’Institut Régional du Travail Social de Franche-Comté, à Besançon (ateliers/formation)
– L’ASEP Cras-Chaprais de Besançon (ateliers pédagogiques)
– L’Ecole des Beaux-Arts de Besançon (présentations, workshops)
– L’Ecole Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême (workshops)
– La Haute École d’art et de design de Genève, Suisse (workshops)

– Le Lycée Pasteur de Besançon (présentation et accompagnement théorique auprès de lycéens, workshops)
– Le Lycée Edgar Faure, à Morteaux (atelier)
– Le Lycée d’Enseignement Agricole Privé Sainte-Marie, à Gray (atelier)
– Le Lycée Sainte-Marie, à Lons-le-Saunier (atelier)
– Le Lycée Les Huisselets, à Bethoncourt (atelier)
– Le Lycée polyvalent Jacques Duhamel , à Dole (atelier)
– Le Lycée professionnel Sainte-Anne Saint-Joseph, à Lure (atelier)
– Le Lycée professionnel Beauregard, à Luxeuil-les-Bains (atelier)
– Le Lycée Granvelle, à Dannemarie Sur Crète (atelier)
– La Cité Scolaire du Pré Saint-Sauveur, à Saint-Claude (atelier)
– Le Lycée Georges Cuvier, à Montbéliard (atelier)
– Le Lycée professionnel Pierre-Adrien Pâris, à Besançon (atelier)
– L’ENIL de Besançon, à Mamirolle (atelier)
– L’ENILBIO de Poligny, à Poligny (atelier)
– Le Lycee Montciel, à Lons-le-saunier (atelier)
– Le Lycée Toussaint Louverture, à Pontarlier (atelier)
– Le Lycée professionnel Jacques Prévert, à Dole (atelier)
– Le Lycée Professionnel St-Joseph, à Besançon (atelier)
– Le Lycée Jules Haag, à Besançon (atelier)
– Le Lycée Professionnel Privé Saint-Pierre-Fourier, à Gray (atelier)
– Le Lycée agricole Etienne-Munier, à Vesoul (atelier)
– Le Collège Pierre Vernotte, à Moirans en Montagne (atelier)
– Le Collège Notre Dame de Mont Roland, à Dole (atelier)
– Le Lycée Saint Paul, à Besançon (atelier)
– Le Lycée polyvalent Victor Bérard, à Morez (atelier)
– Le Lycée Saint Bénigne, à Pontarlier (atelier)
– Le Collège Pierre-Hyacinthe Cazeaux, à Morez (atelier)
– Le Lycée Professionnel Henri Fertet, à Gray (atelier)
– Le Collège Jouffroy d’Abbans, à Sochaux (atelier)
– Le CFA La Noue, à Longvic-les-Dijon (atelier)
– Le Lycée polyvalent Anna Judic, à Semur en Auxois (atelier)
– Le Lycée Julien Wittmer de Charolles (atelier)
– Le Lycée Général et Technologique Gabriel Voisin, à Tournus (atelier)
– Le Lycée Léon Blum, au Creusot (atelier)
– Le Lycée polyvalent Maurice Genevoix, à Decize (atelier)
– L’Etablissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole Felix Kir, à Plombières-lès-Dijon (atelier)
– La Maison Familiale Rurale du Sénonais, à Gron (atelier)
– Le Lycée Polyvalent Catherine & Raymond Janot, à Sens (atelier)
– le Lycée Emiland Gauthey, à Chalon-sur-Saône (atelier)
– Le CFAA Chateaufarine, à Besançon (résidence artistique et ateliers)
– L’EREA Alain Fourier, à Besançon (résidence artistique et ateliers)
…etc.

Pour nous contacter, pour tout type de renseignements :

Association ChiFouMi : 3 rue Mégevand 25000 Besançon
Association ChiFouMi
(antenne ouest) : 43 rue Pasteur 17670 La Couarde
associationchifoumi@gmail.com

Bang Bang You’re Dead !

Du nouveau du côté de la boutique en ligne ChiFouMi !

Bang Bang You're Dead - pic 1

« Bang Bang You’re Dead ! » est le titre d’une bande dessinée collaborative expérimentale réalisée sous plusieurs contraintes par Bigbell, Build, First, Fon, Pec, Pretty, Tan & Vicky, tous étudiants du côté de la Faculté des Arts de la Communication de l’Université de Chulalongkorn (Bangkok, Thaïlande) d’après des éléments crées pour l’occasion par les auteurs européens Pierre Alary, Joseph Falzon & Sacha Goerg, le tout sous une couverture signée Note Piruck.
Le fanzine est tiré à 300 exemplaires : 36 pages en N&B dans lesquelles sont insérées par ailleurs une carte postale inédite signée Tamia Baudouin.

Bang Bang You're Dead - pic 2


« Bang Bang You’re Dead ! »
est un projet collectif réalisé sous l’impulsion de notre collaborateur de longue date Nicolas Verstappen, qui est également conférencier dans le cadre de l’International Program of Strategic Communication Management à la Faculté des arts de la communication de l’Université de Chulalongkorn.
Et parce que ChiFouMi n’est jamais très loin lorsqu’il s’agit de bande dessinée expérimentale sous contraintes, nous sommes ravis de vous proposer ce premier élan collectif de nos amis thaïlandais dans notre boutique en ligne, précisément ici.

Davantage d’informations au sujet de cette bande dessinée ici.

Séance photo chez Emmanuel Guibert

La semaine dernière quelques chifoumistes étaient chez Emmanuel Guibert pour travailler sur la grande articulation publique qui lui sera consacrée dès septembre (et pour l’année qui suivra) sur le territoire rétais.
Hein ? Quoi ? Où ?
Eh bien : en attendant de très bientôt tout vous dire à ce sujet, nous ne résistons pas à l’envie de partager avec vous quelques vues du graal des amateurs de l’œuvre de cet essentiel auteur : ses carnets de travail (en l’occurrence, période Alan Cope : damn !).

expo E. Guibert 2017 - Ré - AAA DSC_0987

expo E. Guibert 2017 - Ré - AAA DSC_0998

expo E. Guibert 2017 - Ré - AAA DSC_1034

expo E. Guibert 2017 - Ré - AAA DSC_1036

expo E. Guibert 2017 - Ré - AAA DSC_1105

Tanx à Besançon : exposition de gravure, atelier lino le vendredi 14 avril 2017.

A l’occasion de la nouvelle édition du Festival du Polar et des Littératures Sociales proposé comme chaque année par l’équipe de Pas Sérial S’Abstenir Besançon, hop, on profite de l’invitation faite à Tanx (anciennement Tanxxx, fameuse autrice de bande dessinée et illustratrice déjà bien connue de la foule bisontine) pour nous associer à notre bar favori à Besançon, Les Passagers du Zinc, et vous proposer une petite exposition de quelques-uns de ses belles gravures.

Ses œuvres seront donc sur les murs des PDZ dès le vendredi 14 avril (la veille du premier jour du salon Pas Serial) : l’occasion de vous convier également ce même jour à un petit atelier d’impression lino avec Tanx elle-même, assistée dans cette mission par les fameux Affiche Moilkan, qui eux aussi en connaissent un rayon en impression artisanale classieuse. Le vernissage, dès 17h, sera donc le moment idéal pour rencontrer Tanx, participer à l’atelier ouvert au public, tout en bavant devant les belles impressions aux murs.

A bientôt donc !

Tanx PDZ 2017

A bientôt, Zak !

C’était prévu ! Nous avons eu tout récemment la chance d’avoir dans les environs notre vieux camarade de jeu, l’auteur/éditeur/musicien nord-américain Zak Sally, de passage de ce côté-ci de l’Atlantique pour quelques jours.

Direction Nantes un beau mardi de mars, pour une soirée proposée en partenariat avec la clique de Trempolino, celle de Maison Fumetti, et celle de Jet FM : ne boudons pas notre plaisir, et commençons par remercier chacune et chacun des organisateurs, ainsi que les nombreux participants aux petits ateliers/performances proposés entre une rencontre publique avec Zak et son concert solo donné.
Merci donc à Loïc Sécheresse (dont on emprunte un des nombreux dessins super-classe réalisés durant la soirée ; merci Loïc !), Annaïg Plassard, Cyril Pedrosa, Glen Chapron, Quentin Faucompré, Misteur Morvandiau-le-rennais, et à toutes les curieuses et curieux qui se sont prêté(e)s au jeu de la création collective. Nous avons passé un chouette moment et c’est aussi grâce à vous !

On en profite donc pour vous inviter à aller fouiner du côté de Jet FM pour pouvoir écouter le podcast de la rencontre avec Zak, ainsi que le petit concert qu’il a donné : c’est ici-même.

Merci à Sandrine, Cécile et Enora de Trempolino pour l’accueil et les photos ; merci à l’équipe Jet FM 91.2 : Henri, Damien, Claire & Lucas pour la très chouette soirée/rencontre/discussion ; merci à Thomas et Emile de Maison Fumetti pour le coup de main. Et bien entendu : thanks once again Zak !

(les photos les plus belles sont ©Sandrine Martin & Benjamin Reverdy/Trempolino, les plus moches sont signées ChiFouMi, pardi)

Zak Sally - Nantes 2017 - 24 MIN 2 - zaksally_lifereport_140317_2 Zak Sally - Nantes 2017 - ZAK LIVE - 17239926_1271445059608580_7519730002614637265_o Zak Sally - Nantes 2017 - bouquins Zak Sally - Nantes 2017 - ZAK BLA LOIC SECHERESSE - 17349985_10154231525457854_3293505360679154974_o Zak Sally - Nantes 2017 - ZAK BLA - 17349630_1271444976275255_7935819655925965661_o Zak Sally - Nantes 2017 - ZAK A zak Nantes IMG_20170314_135641 Zak Sally - Nantes 2017 - ZAK A zak nantes ch IMG_20170314_140434 Zak Sally - Nantes 2017 - 24 MIN 9 - 17218513_1271445082941911_4594070326895037895_o Zak Sally - Nantes 2017 - 24 MIN 5 - 17211997_1271444966275256_633368854564439684_o Zak Sally - Nantes 2017 - 24 MIN 4 - IMG_20170314_201313 Zak Sally - Nantes 2017 - 24 MIN 3 - IMG_20170314_182305

 

De passage : Zak Sally à Nantes

Cela faisait longtemps que l’on ne vous avait pas parlé de notre ami Zak Sally, l’auteur/éditeur/enseignant/musicien américain qui est l’un des artisans de l’exportation de notre résidence Pierre Feuille Ciseaux aux Etats-Unis ces dernières années.

Eh bien ça tombe bien, on a du neuf : le mardi 14 mars 2017, nous vous proposons un rendez-vous public avec Zak du côté de Nantes, à Trempolino pour être précis, dans le cadre d’un partenariat associant également Jet FM (et l’infatigable Henri Landré), Maison Fumetti (avec qui l’on vous prépare d’autres surprises très prochainement).

Zak Sally Trempolino 2017
Au programme :
– une rencontre publique avec Zak Sally, accompagné par June (de ChiFouMi), où l’on parlera très probablement de bande dessinée et d’édition, de la scène indépendante américaine et du parcours de l’américain,
deux sessions de création collective et participative courtes mais intenses (à la sauce ChiFouMi !), où le public est invité à se joindre aux auteurs nantais qui, on l’espère, viendront se joindre à nous le temps de ce rendez-vous,
– et un petit concert de Zak Sally, qui après avoir longtemps joué au sens du groupe Low poursuit une carrière (en solo ou au sein du groupe The Hand, entre autres projets).

A noter, nous aurons également plusieurs livres, fanzines, disques de Zak dans nos cartons.

Ça se déroule donc le mardi 14 mars de 18h à 22h, à Trempolino (6 Boulevard Léon Bureau à Nantes : à La Fabrique, juste côté des Machines de l’Île), et c’est gratuit. Venez nombreuses et nombreux !
A bientôt !

Derniers exemplaires !

En essayant de faire le tri dans nos dix mille cartons d’archive, nous avons remis la main sur quelques exemplaires du livre et des posters issus de la cinquième édition de Pierre Feuille Ciseaux (à Minneapolis, USA, l’an passé).
Pour mémoire, ces trois productions collectives réunissent le travail commun d’une vingtaine d’autrices et d’auteurs ayant passé dix jours à œuvrer ensemble : Josh Bayer (USA), Gabrielle Bell (USA), Marc Bell (CAN), Charles Burns (USA), Rachel Deville (FR), Ines Estrada (MEX), Edie Fake (USA), Pierre Ferrero (FR), Dominique Goblet (BE), Sammy Harkham (USA), Aidan Koch (USA), Antoine Marchalot (FR), Pascal Matthey (CH), Jean-Christophe Menu (FR), Anders Nilsen (USA), Nylso (FR), Laura Park (USA), Helge Reumann (CH), Zak Sally (USA), Jillian Tamaki (CAN)…


PFC5 Autoptic 2

Ces derniers exemplaires ont été mis à la vente sur notre boutique en ligne ; il n’est pas dit que cela soit encore disponible très longtemps (argument marketing Noël imparable, nous en sommes conscients et nous en excusons platement…).

A très bientôt !

Les Rendez-vous du Livre 2016, c’est fini.

La semaine dernière, nous participions activement aux Rendez-Vous du Livre 2016, vaste manifestation englobant des rencontres, des ateliers, des expositions, des spectacles aux quatre coins du petit territoire de l’Île de Ré, en Charente Maritime, et dont nous parlions dans une note précédente.

Le point d’orgue de cet ensemble de propositions était ce dimanche, avec la Fête du Livre à Saint-Martin, événement qui conviait de nombreux auteurs et intervenants, et auquel nous avions convié notre ami et néanmoins auteur Pierre Ferrero.
Ce dernier était arrivé quelques jours plus tôt, afin d’encadrer un atelier fanzine au centre ado Ré Espace Jeunes de la commune de La Flotte destiné à une douzaine d’ados des communes de La Flotte et du Bois-Plage : dans le temps imparti (deux sessions de trois heures tout compris, de la conception à l’impression du zine), nous espérions pouvoir réaliser un petit fanzine entre 20 et 30 pages, et au final nous nous retrouvons avec un fanzine de 44 pages, ce qui témoigne de l’enthousiasme et de l’application des participants ! Merci à elles, merci à eux, c’était un chouette moment.

Le surlendemain, à Saint-Martin, la première édition de la Fête du Livre s’est déroulée dans une belle ambiance et avec une très belle fréquentation : beaucoup de monde pour les rencontres avec Clothilde Delacroix, Wilfried Lupano, Geoffroy de Pennart, Marie-Sabine Roger, Frédéric Pommier et quelques autres auteurs. De notre côté, nous avons enchaîné les sessions de création collective avec Pierre Ferrero et de très, très nombreux participants durant toute la journée : merci à eux d’être venus si nombreux, et à très bientôt, nous l’espérons !

(edit du 31 octobre 2016 : nous vous invitons également à aller voir d’autres photos -bien plus réussies, celles-là !- via la galerie dédiée proposée sur le site de la Communauté de Communes)

RDV du Livre 2016 - le fanzine B

RDV du Livre 2016 - Pierre Ferrero ChiFouMi

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine Fête du Livre

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine centre ado A

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine centre ado foot  RDV du Livre 2016 - atelier fanzine centre ado B

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine extrait A

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine extrait B

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine extrait C

RDV du Livre 2016 - atelier fanzine centre ado C

RDV du Livre 2016 - le fanzine A

RDV du Livre 2016 - les fanzineux à la plage

L’association ChiFouMi tient à remercier l’ensemble de l’organisation de ces nombreux rendez-vous : Elisa, Alex, Laure et David aux Centres Ados de La Flotte et du Bois-Plage ; Michelle de la bibliothèque de La Couarde, Annabelle de la Communauté de Communes et toute l’équipe des bénévoles nous ayant accompagné sur cette participation.
L’association s’excuse également d’avoir un appareil photo aussi nul, la prochaine fois on vous proposera un beau reportage en images de qualité, promis.  😉