On avait repéré Domitille dans l’aventure collective Desseins ou via l’aventure collective Chicou-Chicou, l’un de ces rares blogs dont chaque nouvelle note était emballante.

Depuis, cette jeune auteur française a publié quelques livres avant d’emménager finalement à Brooklyn, où elle affine régulièrement son univers, et d’où elle donne de temps en temps quelques belles nouvelles : notamment via quelques publications dans les magazines Phosphore, Technikart (côté France), The Believer, The New York Times ou la revue littéraire McSweeney’s (entre Ware, Clowes ou Spiegelman) (côté USA) ; mais l’on retrouve également Domitille Collardey dans la chouette revue anglaise NoBrow, ou lorsqu’elle propose quelques petites auto-publications précieuses que ses lecteurs d’Outre-Atlantique s’arrachent.

http://www.domitille-collardey.com


Bibliographie sélective :

  • “Le magasine des suicides” (avec Olivier Ka), Delcourt 2012
  • “Famille, recompose-toi !”(avec Charles Braunstein), Hachette 2009
  • “Chicou-Chicou” (avec Boulet, Lisa Mandel, Erwan Surcouf, Aude Picault), Delcourt 2008