Delphine Panique est née en 1981 dans le sud de la France.

Après des années d’études en Lettres Modernes et diverses tergiversations professionnelles, elle tombe par hasard sur les Editions Misma, petite entité d’édition indépendante du sud de la France qui se fait remarquer pour son catalogue frais, inventif et ouvert aux soubresauts qui agitent notre vieux monde. “Orlando”, le premier livre estampillé Delphine Panique (2013), est très représentatif de tout cela : relecture assez libre du classique de Virginia Woolf doublée d’autres magnifiques ambitions, il est suivi par “En temps de guerre”, formidable pamphlet qui pose la stupidité de la guerre au centre du débat, et qui convoque quelques très beaux personnages féminins haut(e)s en couleurs pour exploiter ce sujet qui s’avère être un robinet à belles idées pour l’autrice.
Quelques livres plus tard, et parce que l’utilisation de la figure féminine, dans le panorama de la bande dessinée contemporaine autant qu’ailleurs, mérite décidément qu’on l’explore sous toutes coutures, “Le Vol Nocturne” (chez Cornélius) explore un peu plus en avant sa représentation, via un angle de taille : celui de la sorcière. Mais de sortilèges terrifiants, nulle trace dans les pages de Panique : aux antipodes des clichés et des idées toutes faites, l’autrice creuse décidément son sillon en y semant quelques jolies graines de réflexion auprès de son lectorat, déjà sous le charme d’un dessin aux frontières du naïf et du limpide, mais qui cache en son sein mille pistes formidables pour débloquer nos parfois tristes imaginaires. C’est de la fantaisie revisitée et pertinente à chaque page.

Delphine Panique a exposé à Viborg (Danemark), au Pulp festival, au festival de Colombiers, au Festival Indélébile, en Lozère, à Bruxelles etc. Elle intervient en ateliers pédagogiques et auprès de publics empêchés (hôpitaux, maisons d’arrêt). Elle a travaillé en résidence à Naples ou à Lombez.
Elle vit à Toulouse avec sa fille et son chat.

Bibliographie :

• “Orlando” (éditions Misma, 2013)
• “En temps de guerre” (Misma, 2015)
• “L’Arraché et l’épaulé-jeté” (auto-édition, 2015)
• “L’Odyssée du Vice” (Les Requins Marteaux, 2016)
• “Le vol nocturne” (Cornélius, 2018)
• “Boris et natacha” (Les Machines, 2018)
• “Les Classiques de Patrique” (éditions Gallimard, 2019)

Collectifs, revues :

• illustrations, Bayard Presse et Milan Presse depuis 2010
• Participation à de nombreux fanzines avec le Collectif Indélébile
• “40075 km” (L’employé du Moi, 2007)
• “Franky / Nicole” n°1 à 7 (Les Requins Marteaux /Cornélius, depuis 2014)
• “Dopututto Max” n°1 à 9 (Misma, 2006-2016)
• “Les classiques de Patrique”, magazine Topo, depuis 2016