Dans les semaines qui viennent, nous aurons tout le loisir de parler de bande dessinée, de tel ouvrage, de tel auteur, de tel éditeur. Mais à Pierre Feuille Ciseaux, le samedi soir, avec un concert d’Angil que l’on attend avec fébrilité, il y en aura aussi pour les oreilles (mais pas que…).

(angil keyboards)
(angil keyboards)

Angil, c’est ce musicien pluri-instrumentiste, ce free-folkeux-post-rock-hip-hop-machin-truc qui n’arrête jamais de créer, tout en prenant un malin plaisir à brouiller les éventuelles pistes qu’il pourrait laisser sur son passage : multipliant les projets, les collaborations, les idées, on pourrait essayer de résumer sa carrière mais d’autres l’ont déjà fait, et mieux que nous. On se contentera de dire qu’ici, on est nombreux, et on a des goûts musicaux bien différents, dont on adore débattre avec fougue et mauvaise foi, comme tout bon amateur de musique ; et qu’entre le fan d’indie rock à la Yo La Tengo, le furieux de spaced-out jazz genre Sun Ra, l’amateur de post-hip hop (le genre que Sole sort sur son label Anticon), le dingue de bandes originales genre Mancini ou Rotta, eh bien nombreux sont celles et ceux qui se sont complètement laissés séduire par Angil. Ce type ne semble pas avoir d’oeillères en matière de musique, et on devine des piles de disques chez lui, les compils estampillées 4AD autant que les premiers maxis de chez Rephlex, le meilleur du catalogue Matador que les rééditions Soul Jazz : sa curiosité, son approche audacieuse, ses idées lumineuses, sa lucidité, sa manière de réinjecter une énergie et un esprit qu’on attendait plus… Autant d’envies d’en savoir plus.
Jonglant d’un projet à l’autre, il a trouvé le temps de caler quelques jours de ré(création) avec son partenaire Flavien Girard, membre des Hiddentracks (et collaborateur de longue date, dans bien d’autres projets), et notre ami auteur de bande dessinée Guillaume Long (et désormais franc-comtois !), qui a d’ailleurs illustré en long, en large et en travers, la pochette du remarqué “Oulipo Saliva” d’Angil & the Hidd-ntracks, paru l’année dernière.

Claviers, batterie, micros, feutre-pinceau, vidéoprojection : ils ont l’air décidés à nous prouver que la création sous contraintes (décidément !) peut porter de très, très belles choses.

(Angil - "oulipo saliva" cover)
(Angil – “oulipo saliva” cover)

Ces trois-là ne devraient pas venir les mains vides, et d’après Guillaume qui attend et prépare la venue de ses copains de St-Etienne avec impatience, on peut s’attendre à de belles petites surprises…