Pour parler d’Oriane Lassus, on a hésité à sortir des formules comme “rarement une jeune auteur aura cerné ses contemporains avec autant de justesse, de discernement, d’à-propos et de causticité”, ou “ses croquis, ses dessins, donnant l’impression d’être faits souvent dans l’urgence, témoignent pourtant de l’extrême maîtrise de cette précoce dessinatrice”, mais on préfère finalement “elle sait très bien regarder les moulures au plafond, pendant longtemps”.

Oriane était présente à Pierre Feuille Ciseaux #2, l’an passé, en tant qu’observatrice : avant cela, et pour dire la vérité, on avait déjà apprécié son dessin, son regard sur les choses, souvent juste, parfois acide.

Mais lorsqu’à la fin de la résidence, elle a commencé à distribuer quelques exemplaires d’un impressionnant carnet de bord croquant les tenants, les aboutissants, et tout ce qui s’était passé lors de la semaine, on s’est aussitôt dit qu’on aurait mieux fait de l’inviter en tant que résidente…

Après un bac Arts Appliqués, un BTS communication visuelle multimédia, et un Master dans l’option Illustration aux Beaux-Arts de Bruxelles, cette jeune femme a remporté le prix de la révélation blog 2011 lors du dernier festival d’Angoulême (Spongiculture, le blog d’Aspirine). On espère qu’elle gagnera vite le prix de l’observation de ses contemporains. Et du plafond.

Bibliographie

  • Coup de chapeau (2009, paru dans la revue Hors Cadre#5)
  • Tonton #2 (2011)